Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



LES MACCHABÉES DE SAINT-JUST

Macchabées_Couverture_Recto_comp

AO_LyonPolar_Bandeau réduit

Abel Séverac fait une mauvaise rencontre dans un escalier du Vieux Lyon, la montée des Chazeaux. Il se réveille deux jours plus tard à l’hôpital Édouard-Herriot, incapable de se souvenir de ce qu’il lui est arrivé. Pratiquement dans le même temps, un enfant est enlevé non loin du cimetière de Loyasse et le cadavre d’une jeune femme est repêché dans le Rhône. Pour ne rien arranger, un dangereux truand, fraîchement évadé de la centrale de Clairvaux, semble avoir décidé de venir à Lyon régler quelques vieux comptes… Les macchabées tombent comme grêle en été, contraignant Séverac et son équipe à « se sortir les tripes » pour démêler toutes ces affaires !

Pour les premières pages > Macchabées

Éditions AO – André Odemard (avril 2021). Il peut être commandé directement sur le site de l’éditeur www.ao-editions.com ou dans une librairie (référencé ELECTRE ET DILICOM). Également disponible sur Amazon, Fnac, Decitre, Cultura et Chapitre, en format papier ou ebook. Prix 20 €.

Chronique de Ludovic Francioli, président de l’association DORA-SUAREZ le 10 juin 2021 

Jacques MORIZE durcit le ton avec ce nouvel opus, l’intrigue policière passe au second plan au profit du récit d’une traque sans répit (ou presque) d’un truand prêt à tout, un de ceux qui sèment la mort sur son passage autant les innocents que les passagers collatéraux, avec son physique mi-bucheron-mi-ogre il a tout pour foutre les jetons. Paradoxe : le traqué est une bête féroce, le traqueur, en l’occurrence Séverac apparaît au moins dans la première moitié du livre comme bien mal en point suite à une agression. C’est sans doute ce qui donne ce parfum de « nouveauté » à ce 9ème roman relatant les enquêtes de Séverac (mais pas que, citons en vrac son addiction à la bonne bouffe et aux femmes…), d’ailleurs ses addictions vont être particulièrement mises à mal suite aux séquelles de son agression. Enfin c’est comme se retrouver avec un vieil ami au restaurant, le vin est bon, la nourriture excellente, la conversation truculente et aussi grave et intelligente qu’il se doit, on se quitte après avoir payé la note, s’être salué d’une poignée de main ou d’une embrassade (attention covid !) et quelque part ce sentiment diffus, incompréhensible que quelque chose a changé.

Ce roman est nominé pour le Prix DORA-SUAREZ 2021.

Le cadre de l’intrigue.

L’intrigue se déroule en partie dans le 5e arrondissement, dont le vaste périmètre s’étend du Vieux Lyon, le long de la Saône, jusqu’au plateau du Point du Jour. Il inclut également Saint-Georges, Fourvière, La Sarra, le célèbre cimetière de Loyasse, Saint-Just, le Trion et Saint-Irénée.

Autant de quartiers aux visages différents, dont certains sont encore marqués par la période gallo-romaine (avec notamment, les théâtres romains et le musée de la civilisation gallo-romaine). Les églises ne manquent pas non plus, la basilique de Fourvière et sa vierge dorée dominent la situation tandis que la romano-gothique cathédrale Saint-Jean semble défier sa benjamine du haut de ses 7 siècles (je moyennise, sa construction s’étendant de 1175 à 1481). Saint-Georges pointe sa flèche en bord de Saône, face à une élégante passerelle suspendue qui permet d’accéder au quartier d’Ainay, dans la Presqu’île. Les églises de Saint-Just et Saint-Irénée n’ont pas le même charme, d’autant plus qu’elles semblent ne pas avoir été rénovées depuis belle lurette.

Quelques escaliers ou rues très pentues et pittoresques permettent d’escalader les pentes : montée des Carmes, Nicolas de Lange, des Chazeaux, du Gourguillon, des Épies, sans oublier le chemin qui qui serpente dans le jardin du rosaire. Un bonheur pour les amateurs de trail qui s’y entraînent de jour comme de nuit. Et si, à l’inverse, vous ne vous sentez pas d’escalader de telles pentes, rendez-vous à la station de métro Saint-Jean : deux funiculaires vous permettront d’accéder soit à Fourvière, soit à Saint-Just.

 

église Saint-Just 2  

L’église de Saint-Just

??? ???

La basilique de Fourvière

??? Fourvière depuis la place Saint Georges

La « tour Eiffel » de Lyon                    Fourvière depuis le Vieux Lyon

Sain jean 2  ???

La cathédrale Saint Jean                                 Saint Georges

Sainte Irénée Eglise de rite Byzanthin à Sainte Irénée

Saint Irénée

La cathédrale Saint-Jean depuis le Gourguillon

Saint Jean depuis la montée du Gourguillon

Fontaine du Taureaubole rue des Macchabées Rue des Macchabées - Fontaine du Taurobole

La fontaine du Taurobole dans le quartier Saint-Just

Montée des Chazeaux 2  Montée des épies immeuble Langin 2

La montée des Chazeaux                            La montée des Épies

musée Archéo 1 Parc des hauteurs

Le théâtre romain                                       L’un des accès au parc des hauteurs

Place de la Baleine 1 place de la Baleine 3

La place de la Baleine (Vieux Lyon)

??? ??????

Rue Saint-Jean (Vieux Lyon)

rue du Boeuf1 ??????

Vieux Lyon – Rue du Boeuf et place du Change

La tour ros

La tour rose (Vieux Lyon)

???

Le Vieux Lyon et Fourvière depuis la Presqu’île

Rue des Farges - derrière le porche 2 Rue des Macchabées 3

Quartier Saint-Just – Un immeuble rue des Farges et la rue des Macchabées

Vers les hauts de Saint Just Darne - Nadot

Quartier de Saint-Just

Le Narval Point du Jour

Quartier du Point du Jour

Place Bénédicte Tessier Point du Jour

La place Bénédicte Tessier au Point du Jour

La Presqu'île depuis le jardin des curiosités

La Presqu’île depuis le jardin des curiosités

Pas de Commentaires à “LES MACCHABÉES DE SAINT-JUST”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus